Pourquoi faut-il éviter les étiquettes négatives avec nos enfants ?

Pourquoi faut-il éviter les étiquettes négatives avec nos enfants ?

 

« T’es vilain ! », « que tu es maladroite ! », « Tom est paresseux », “la p’tite dernière”,…. Lorsqu’il s’agit de nos enfants, nous avons tendance à coller des étiquettes à propos de leur comportement.

Qu’est-ce qu’une étiquettes ? Quelles sont les conséquences pour nos enfants ? Comment les remplacer ?

Dans cet article je vous explique pourquoi il vaut mieux éviter les étiquettes négatives avec nos enfants.

Une étiquette, c’est quoi ?

En tant qu’être humain, il faut bien l’avouer, nous adorons mettre les autres en boîte. Et malheureusement, nos enfants n’y échappent pas !

Une étiquette peut être définit comme une sorte d’attribut que l’on donne à un trait de personnalité.

Dans les étiquettes, nous retrouvons ainsi les « maladroit », « lent », « vilain », « a du caractère », « rêveuse », ou encore les « paresseux », « intello », mais aussi les surnoms et autres qualificatifs.

A l’origine de l’étiquette, il y a surtout notre analyse du comportement. Dès lors qu’un comportement se répète, nous avons tendance à en faire un trait de personnalité. Petit à petit, nous définissons notre enfant avec ce trait de personnalité.

Finalement, nous sommes tentés de poser une étiquette dès lors qu’un comportement nous dérange et se répète.

L’étiquette que nous posons nous renvoie aussi à notre vision de l’autre mais aussi et surtout à notre propre frustration.

Ainsi, nous pouvons qualifier un enfant de « capricieux », parce-ce qu’il supporte mal la frustration ou encore d’une autre qu’elle est « timide », alors qu’elle a juste besoin d’être rassurée.


Pourquoi faut-il éviter les étiquettes négatives avec nos enfants ?

Les étiquettes collent à la peau

Le problème avec les étiquettes, c’est qu’elles collent, et elles peuvent coller trèèèès longtemps !

A force d’entendre, qu’il est timide, qu’elle est nulle en math ou encore maladroite ou qu’il est vilain, votre enfant se forgera la conviction que c’est une réalité et il en fera une croyance personnelle.

Par la suite, il se comportera en fonction de l’étiquette qu’on lui aura posée.

Ainsi, dès lors que cette croyance est forgée, votre enfant agira en tant que tel.

Cet article vous plaira : 3 erreur à éviter pour des enfants plus confiants


Les étiquettes enferment l’enfant

Les étiquettes et autres qualificatifs négatifs enferment notre enfant dans une sorte de rôle dont il aura le plus grand mal à s’en défaire.

De par leur caractère intemporel et qualificatif les « tu es ceci », « elle est cela » ou « il est comme ça » et « elle est comme … », les étiquettes négatives mettent en boîte l’enfant.

Changer d’attitude sera très difficile pour lui, car il se forgera la croyance : « je suis comme ça, je n’y peut rien »

Par exemple, si vous avez pris l’habitude de qualifier votre enfant de timide, il y a de grande chance pour qu’il s’enferme dans ce rôle, et par la suite continue à avoir des difficultés à aller vers les autres.

Selon vous votre enfant semble timide ? Peut-être qu’il a besoin de se sentir rassuré. Peut-être que selon son âge, il est tout à fait normal de se méfier de ce qui est inconnu.

Les étiquettes, un frein à la confiance en soi

Les étiquettes négatives sont un réel frein à la confiance en soi de nos enfants.

Nous ne nous en rendons pas toujours compte mais les étiquettes sont aussi blessantes pour l’enfant.

A force d’entendre des qualificatifs ou des commentaires négatifs, l’enfant perd confiance en lui et aussi en son parent.

Et il en va de même pour les surnoms du genre « ma p’tite crote », « patate », « le p’tit dernier », ect…


Chercher à comprendre son enfant au-delà de son comportement

Comportement, émotions et besoins

Votre enfant semble s’enfermer dans un comportement répétitif ?

Pour trouver une réponse et amorcer un changement, il faut parfois regarder au-delà de la partie visible de l’iceberg, c’est-à-dire, aller au-delà du comportement en lui-même.

Bien souvent, il faut aller chercher dans ce que j’appelle son « système de pensées ».

Avant tout comportement, il y a une émotion, et avant cela des pensées.

Peut-être que votre enfant a du mal à gérer ses émotions et ses réactions.

Il a très probablement du mal à mettre des mots sur ce qu’il veut, ce qu’il n’aime pas et ce qui le dérange vraiment.

C’est là que nous pouvons intervenir en tant que parent, pour l’aider à comprendre ses émotions et à apprendre à y réagir.

Rappelez-vous que derrière toutes émotions, il y a toujours un besoin à satisfaire.


L’enfant n’est pas son comportement

Les étiquettes proviennent de l’erreur que nous faisons toutes et tous de confondre une personne avec son comportement.

Or votre enfant n’est pas son comportement !

Aussi, il est essentiel d’évoquer le comportement immédiat de votre enfant et non votre enfant en lui-même.

Cela permet de remplacer plus facilement les « tu es vilain » par « ce comportement n’est pas acceptable » ou encore les « tu es maladroit » par « tu viens de trébucher ».

Cet article vous plaira : 6 façons de gagner la confiance de son enfant 

 

Et les étiquettes positives ?

Qui n’a jamais dit : « tu es gentil ! », « ho, que tu es belle ! », « tu es sage »,… ?

S’il n’y a rien de mal à dire ce genre de compliment, car il favorise aussi la confiance et font toujours plaisir à l’enfant, il est toutefois préférable d’aller plus loin.

Tout comme les étiquettes négatives, les étiquettes positives peuvent aussi enfermer votre enfant dans une sorte de rôle.

Encore une fois, il est important de distinguer le comportement de l’enfant.

Pour cela, je conseillerais plutôt d’ajouter un descriptif en soulignant ce qui vous a vraiment plu dans son comportement. Cette description permet à l’enfant de comprendre ce qu’il a fait de bien et de répéter ce bon comportement.

Exemples :

– Au lieu de « Tu es gentille », préférez « Tu as mis la table, ça m’a beaucoup aidé » ou alors « Tu as prêté tes jouets, c’est très gentil de ta part et Lucie était très contente ! »

– Au lieu de « Tu es très sage », préférez « Tu as su être très patient tout à l’heure, c’est super ! »

Découvrez 10 phrases à dire à son enfant pour booster son estime de soi !

 

> À retenir

· Nous avons tendance à donner une étiquette à notre enfant lorsque nous constatons un comportement qui nous dérange et qui se répète dans le temps.

· L’étiquette enferme l’enfant dans un rôle dont il aura du mal à s’en défaire.

· L’enfant risque de s’identifier à l’étiquette qu’on lui colle et adoptera plus souvent ce comportement.

· Dernière tout comportement de votre enfant il y a une émotion et un besoin à satisfaire.

· Distinguer bien votre enfant de son comportement : votre enfant n’est pas son comportement.

 

Ainsi, pour consolider l’estime de soi de notre enfant évitez les étiquettes et insufflez à votre enfant que le changement est toujours possible et surtout que son comportement ne le qualifie pas !

 

  •  
    4
    Partages
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*