Oser dire NON en 3 étapes

Oser dire NON en 3 étapes


Vous avez du mal à oser dire non ? Vous dites très souvent oui et vous le regrettez après ? Le peu de fois où vous dites non, vous vous sentez mal et vous culpabilisez par la suite ? Ne pas dire non, vous cause de la frustration et bien des ennuis ?

Si vous avez répondu « oui » à la majorité de ces questions, lisez la suite !

Savoir dire « non » n’est pas chose aisée pour la majorité d’entre nous. Pourtant, oser dire « non » est essentiel dans la construction de la confiance en soi. Dans cet article, je vous explique comment enfin arriver à dire “non” !

 

#1 – Savoir dire non : comprendre ce qui vous en empêche !

Le premier pas pour oser dire NON, c’est avant tout d’être conscient(e) que nous avons un problème,… ou plutôt une difficulté à le dire !

La prise de conscience est l’étape essentielle !

Combien de personne n’en ont réellement pas conscience et accumule situations problématique et frustration ?! Et comme nous sentons le malaise, nous pouvons avoir tendance à nous tourner vers l’autre pour lui dire que c’est de SA faute si nous nous sentons aussi mal parce qu’il nous sollicite !

Si vous lisez cet article, BRAVO ! Vous avez déjà dépassé cette première étape et vous êtes en route vers plus d’affirmation de soi !

Pourquoi vous n’arrivez pas à dire « non »

Votre incapacité à dire « non », peut prendre sa source auprès de diverses raisons. La prise de conscience vous permettra de déjouer vos mécanismes inconscients.

1- Votre éducation et vos croyances

Nos croyances sont toutes nos certitudes et convictions issues de notre éducation ou expérience personnelles. Dans le cas des difficultés à dire non, la source est souvent issue de notre éducation. Peut-être avez-vous été éduqué(e) avec des injonctions ou des croyances telles que :

  • Soit gentil(lle) ;
  • Fais plaisir aux autres ;
  • Penser à soi c’est égoïste ;
  • C’est impoli de dire non ;
  • Dire non c’est blesser l’autre ;
  • etc…

2- Le manque d’estime et de confiance en soi

L’image que nous avons de nous-même influence nos actions et nos comportements. Ainsi, si je manque de confiance et d’estime de soi, j’ai du mal à m’affirmer et je peux être amené à avoir des difficultés à dire non, parce que je pense :

  • valoir moins que les autres
  • ne pas être capable de dire non
  • et de manière plus inconscience, ne pas nous autorisez à exister. 

3- La peur

Différentes peurs peuvent vous empêcher de dire “non” :

  • La peur du conflit ;
  • La peur de devoir se justifier ou s’excuser ;
  • La peur d’exister ;
  • Et surtout la peur de ne pas être aimé, qui regroupe : peur du jugement et de la critique, peur de blesser ou de déplaire, peur d’être rejeté(e).

La peur de ne pas être aimé fait partie des principales peurs de tous êtres humains.

Si nous avons du mal à dire NON, c’est que nous pensons inconsciemment que le OUI nous permettra de répondre plus facilement à notre besoin n°1 : celui d’être aimé ! Et oui, comme tous les habitants de cette bonne vieille planète terre nous avons besoin d’amour !

Nous avons besoin d’être apprécié des autres et pour cela, nous sommes capables de passer à côté d’un besoin qui est trop souvent oublié, celui de nous aimer nous-même et de respecter nos besoins !

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu : “Changez rapidement votre état émotionnel avec cette technique !”

 

 

#2 – Changer votre point de vue sur le « non »

« Lorsque vous dites oui aux autres, faites en sorte de ne pas dire non à vous-même ».
Paulo Coelho

Pour apprendre à dire « non », il est primordial d’apprendre à changer notre regard sur ce que cela signifie pour nous.

Dire “non” ça peut aussi signifie qu’on dise « oui » à soi-même.

Apprendre à s’écouter

Il s’agit donc de prendre chaque situation et de se connecter à ce que l’on ressent.

Pour vous aider, les questions suivantes peuvent être utiles :

– Est-ce que je ressens un malaise lorsque la personne me pose la question ?
– Ai-je de l’hésitation ?
– Ai-je l’impression de me sentir « pris(e) au piège ? »– Ai-je la sensation désagréable « d’être obligé(e) de » ?

Si la réponse est oui, alors répondez NON !

En gros, il s’agit de tout simplement de s’écouter.

Prendre soin de soi

Sachez qu’en disant « OUI », nous pouvons dire « NON » à nos besoins.

Par exemple, si vous êtes sollicité pour boire un verre avec vos amis un soir alors que vous êtes particulièrement fatigué(e), dire « non » permettrait de prendre soin de votre besoin de repos.

Dire NON, n’est pas CONTRE l’autre mais peut aussi être POUR soi.

Lorsque vous dites NON, sachez que vous dites également OUI : OUI à vos besoins, OUI à votre bien-être, OUI à vos limites.

Derrière chaque réaction/réponse à une demande/sollicitation se cache des besoins !

Dès que vous aurez identifié votre besoin, vous serez plus à même de répondre aux sollicitations de manière juste, …c’est-à-dire avec justesse pour vous-même, et les autres.

Pour vous aider à vous relier à vos besoins, vous pouvez prendre en compte ces deux principes fondamentaux de l’assertivité, à savoir :

1. Il nous faut considérer nos besoins à égalité avec ceux des autres (dans un sens comme dans l’autre).
2. Il faut s’exprimer pour ses besoins et ses valeurs, pas contre l’autre.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu : Charge mentale : 6 clefs pour s’en libérer !

 

#3 – Oser dire “non” en disant “oui” !

Si c’est bien de s’affirmer, nous ne voulons bien évidemment pas froisser notre interlocuteur (c’est une donnée à priori importante puisque nous avons du mal à dire NON ;-)). Car comme dans toutes relations harmonieuses, il est important de se concentrer sur son propre besoin, mais aussi sur le besoin de l’autre. C’est ce qu’on appelle une relation empathique.

Utilisez la Communication non violente

La Communication non violente, créée par le psychologue Marshall Rosenberg propose un processus qui nous permet de nous affirmer tout en respectant l’autre.

En effet, pour que votre refus soit mieux entendu par votre interlocuteur, il est primordial que ce dernier sente que nous avons compris également son besoin.

Pour cela, il est important de distinguer « personne » et « demande » !

Contrairement à ce que l’on penser, si je dis “non” à la demande, je ne dis pas “non” à la personne ! Très souvent dans notre éducation, il y a cette confusion entre personne et demande : je crois que si je dis non à une demande, je rejette l’autre.

Vous pouvez dire “non” à une demande, tout en disant “oui” à la personne.

Si je reprends l’exemple de la proposition de sortie, vous pouvez dire “non” à la proposition, tout en disant “oui” à la personne en comprenant son besoin de partage. Vous pouvez dans ce cas lui proposez une sortie à un autre moment.

Voici une vidéo très parlante, où Eliane Regis, formatrice en Communication non violente nous explique comment oser dire “non”.

 

Vers une affirmation de soi !

Sachez que vous n’avez pas à vous excuser, ni à vous justifier de refuser quelque chose. Si vous vous perdez dans des explications, vous risquez de compliquer la situation et vous vous mettez dans l’embarras.

Inutile d’utiliser également des phrases du genre « je n’ai pas le temps », « je ne peux pas », car elles pourraient être entendues de manière désagréable par votre interlocuteur net vous mettre dans l’embarras.

Le non permet de nous affirmer, de poser des limites, de répondre à nos besoins. Finalement, le  “non” nous permet d’exister en tant qu’individu ! A condition que vous sachiez vous écouter et écouter l’autre.

Si au début, ça peut paraître difficile, avec le temps cette démarche sera tout à fait naturelle et vous permettra de gagner en confiance et affirmation de soi !


  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*